Conférence de Marcel Roberfroid (20.10.2016)
3 mars 2017 220 Views

Conférence de Marcel Roberfroid (20.10.2016)

Résumé de la conférence sur la santé organisée par l’IPSN, le 20.10.2016 au Parc Floral.

Intervention du Pr Marcel Roberfroid*

« Le ventre, notre terre intérieure et la santé; un autre regard sur l’intestin ».

Comment avoir « bon ventre » ?

Définition de la santé : « la pleine conscience de notre corps, de la nature et du cosmos ».
(Dr Jean-Claude Fondras, Santé des philosophes, philosophies de la santé » Ed. C Defaut) concept druidique et philosophique

Le ventre contient une partie du tube digestif, interface entre l’extérieur et l’intérieur, barrière de protection, voie d’entrée de tous les aliments mais aussi des produits indésirables, très fonctionnel.

Il comprend l’intestin grêle et le colon que l’on peut sentir et masser.

Les aliments restent plus longtemps (3 à 4 jours) dans le colon que dans l’intestin grêle, car le milieu du colon est moins acide donc moins digestif.

ils sont habités par des bactéries : flore intestinal ou microbiote qui forment une symbiose vitale.

Le microbiote est un très grand nombre et une grande diversité de bactéries avec des fonctionnalités multiples et variées; tous les êtres y compris les plantes ont un microbiote.

Notre corps est un super organisme. Sa vie implique l’intégration de ses processus métaboliques propres et de ceux du microbiote

Bibliographie :

– Lynn Margulis, Dorion Sagan « l’univers bactériel »

– Comment la vie a commencé Alexandre Meneisz

A l’origine de la planète, il y avait de l’eau mais pas d’oxygène; celui-ci est arrivé plus tard, grâce aux bactéries.

Les bactéries ont toujours existé et sont indispensables à toute vie sur Terre !

2/3 de la totale biomasse sont des bactéries.

Vivre en bonne santé, c’est vivre en symbiose avec les bactéries.

Si la destruction de la biodiversité devait se poursuivre jusqu’à l’extinction, les bactéries survivraient et relanceraient un nouvel élan de vie.
Si la destruction des microbiotes devait se produire jusqu’à l’extinction des bactéries elles-mêmes ce serait la fin de la vie !

Les abus d’ « anti-biotiques », excès d’hygiène, utilisations débridées de désinfectants, pratiques agricoles et alimentaires intensives, empoisonnement de l’environnement – ingrédients chimiques issus du pétrole dans nos cosmétiques, produits de soin, etc…. (ndlr)

Le microbiote agit comme le principal élément déclencheur du développement du système immunitaire et progressivement comme le régulateur d’une multitude de fonctionnalités vitales y compris cérébrales. Sans cette symbiose, sans doute, n’y aurait-il pas de vie possible dans le monde réel.

Origine et composition :

En terme d’espèces « dominantes » la composition du microbiote colique(du colon) présente un caractère individuel comme si un lien personnel (génétique et/ou immunitaire?) s’établissait qui pourrait constituer une sorte « d’empreinte microbiotique ». La composition des populations sous-dominantes et minoritaires apparaît plus variable.

Cette composition reste relativement stable dans le temps […]

Bonnes ou mauvaises bactéries ?

Les bactéries très pathogènes n’ont pas leur place dans un microbiote qui, quand il est sain et bien équilibré, s’en débarrasse.

Des espèces très minoritaires en font partie intégrante et contribuent à des fonctionnalités positives, si elles trouvent leur juste place.

Un écosystème n’est jamais un système figé, il évolue et s’adapte aux circonstances.

La 1ère qualité est la biodiversité qui doit rester évolutive et adaptative.

Bibliographie

Jeff Leach (Fondateur du « Human Food Project » et Martin Blaser (Fondateur du « Human Microbiome programm » à l’Université de New York) auteur de  » how the overuse of antibiotics is fueling our modern plagues » (« Comment l’abus d’antibiotiques alimente nos fléaux modernes »).

Un phénomène inquiétant pourrait menacer notre santé voire notre survie et même la survie de tout le monde vivant non-bactérien !

Notre style de vie de « citadin occidental » (perte de diversité alimentaire, excès d’hygiène, abus d’anti-biotiques, exposition à des produits toxiques…) réduit la biodiversité de notre microbiote colique et donc ses capacités à nous garantir la santé !

Les fonctionnalités, les rôles du microbiote… ils sont :

– une barrière protectrice

– nos défenses immunitaires

– nos activités hormonales

– nos activités neurologiques (2ème cerveau)

Le microbiote intervient au niveau du traitement des résidus (digestion), il contrôle et régule la production de protéines et des cellules hormonales de l’intestin (appétit), il est à l’origine du système immunitaire.

Nous devons aussi penser en aliments coliques :

Alimentation du microbiote, soit des hydrates de carbone non-digestibles : amidons résistants = pommes de terre froides ou bananes pas trop mûres = fibres alimentaires / prébiotiques (peau des légumes)

dans une alimentation colique équilibrée et hautement diversifiée.

Les fibres alimentaires /prébiotiques soutiennent la biodiversité et les fonctionnalités du microbiote colique en faveur de la santé.

Les légumes (non pelés et de qualité), légumineuses, céréales, fruits, graines, fruits secs, variés et de qualité doivent être le cœur de notre alimentation. Il faut varier les prébiotiques.

HUMUS = TERRE en sanscrit = Humanité, Humilité, Humain

Réduire les aliments à des calories et des listes de composés chimiques c’est croire qu’il suffit de s’alimenter et pas de se nourrir !

Bibliographie : « Nourrir sa vie » François Julien, sinologue, à partir d’un texte de philosophie chinoise le Zhuangzi (Zhuang Zhou – 370-286).

Cette expression « vie » doit être comprise dans le sens du « potentiel vital » et la vocation de mon être, et ma seule responsabilité est dans le soin que je prends d’entretenir et de déployer ce potentiel vital dont je suis investi.

« … nourrir ma forme physique (physiologique) ne suffit pas à maintenir ma vitalité, il faut aussi que soient « nourris » […] mon corps et « quintessenciellement » ma vie

dans la philosophie orientale le ventre c’est aussi le centre de l’Etre (KG. Durckheinm) – terre intérieure – le centre vital, le centre de l’énergie originelle

Citation attribuée à Bouddha « le sage est l’homme dont le ventre fonctionne bien »

Quelle leçon à tirer ?

– nous sommes des fils et des filles du cosmos, l’origine probable de nos anciens ancêtres

– toutes les vies végétales et animales sont issues de ces formes de vie primitives

– nous sommes liés à toutes les formes de vie (interdépendance bouddhiste)

– nos ancêtres sont toujours là et indispensables à la vie dans tous ses aspects

la santé de notre corps est indissociable de la santé de toute la nature,  ne pas en prendre soin c’est prendre le risque de disparaitre à tout jamais…

*Marcel ROBERFROID est docteur en Sciences Pharmaceutiques  (UCL). Professeur émérite de la Faculté de Pharmacie et des Sciences Biomédicales de l’UCL  il a enseigné la biochimie, la toxicologie et créé l’unité de recherche à l’origine du groupe de Recherche en Métabolisme et Nutrition au sein du « Louvain Drug Research Institute » que co-dirigent actuellement N. Delzenne et P. Cani. Il est l’auteur de plus de 250 publications et fut  actif dans de nombreux consortia internationaux et nationaux de recherche. Sa principale contribution scientifique a été l’invention en 1995 avec son collègue G. Gibson professeur à la « Reading University, UK » du concept de prébiotique devenu l’un des moteurs de la recherche nutritionnelle. C’est ce concept et ses applications qui sont les fondements du présent colloque. (Source : http://www.tetra-asbl.be/)

You might also like

Articles du mois

Restauration végétarienne Bio

Depuis que je suis végétarienne, je teste les restaurants végétariens bios pas trop chers. Au gré de mes déplacements, j’ai découvert 2 adresses que je vous indique ci-dessous et que je

Articles du mois

Je suis végétarienne et j’assume !

Aujourd’hui, sur Facebook, j’ai lu dans mon fil d’actualité un commentaire posté par des personnes qui ont du mal à être écoutées et à s’intégrer dans la société telle qu’elle

Conseils

Parlons de la vitamine B12

Nous sommes de plus en plus nombreux à supprimer la consommation d’aliments d’origine animale pour des raisons diverses mais souvent liées à la maltraitance des animaux, ou au fait que