Je suis végétarienne et j’assume !

Je suis végétarienne et j’assume !

Aujourd’hui, sur Facebook, j’ai lu dans mon fil d’actualité un commentaire posté par des personnes qui ont du mal à être écoutées et à s’intégrer dans la société telle qu’elle est, en tant que végétariens/iennes ou végétaliens/liennes, voire végans.

 

Tout d’abord, quelle est la différence ?

Végétariens/riennes

Les végétariens ne mangent pas de chair animale mais consomment leurs sous-produits tels que le lait et tous les laitages en passant par le fromage, le beurre, la crème fraîche ou glacée etc… ainsi que les œufs et portent des vêtements ou accessoires et bagages en cuir et peau, les utilisent dans leur décoration.

 

Végétaliens/liennes

Les végétaliens ne mangent pas de chair animale et ne consomment pas non plus leurs sous-produits mais utilisent les cuirs et les peaux.

 

Végans/véganes

Quant aux végans/véganes, ils ne mangent pas de chair animale, ne consomment pas leurs sous-produits sous aucune forme, c’est-à-dire pas de chaussures en cuir ou en peau, ou autre maroquinerie (sacs, blousons etc…), et ne les utilisent pas non plus dans la décoration (canapés en cuir, tabourets en peau de vachettes…).

Il existe des marques qui fabriquent ce type de produits à partir de fibres végétales ou autres matériaux non issus des animaux.

 

Pourquoi choisir d’être végétarien, végétalien ou végan ?

Il peut y avoir plusieurs raisons, mais la première est de considérer tous les animaux comme des êtres doués de raison et dont la sensibilité est égale à celle de l’homme, qui est lui-même issu des animaux biologiquement.
Extrait : « La loi du 10 juillet 1976 relative à la protection de la nature stipule que « l’animal est un être sensible ». En 1978, une déclaration universelle des droits des animaux est proclamée à l’Unesco. En mai 2005, Dominique Perben, garde des Sceaux, annonce que le Code civil prendra bientôt en compte un véritable statut juridique de l’animal, et envisage de leur reconnaître le « caractère d’être sensible » *. Mais pour Pascal Clément, qui le remplace à ce poste en juin 2005, cette réflexion autour d’un nouveau statut juridique de l’animal n’est plus à l’ordre du jour.

La réflexion suit son cours. Notamment pour les espèces sauvages, qui, n’appartenant à personne, appartiennent d’une certaine manière à tous : elles peuvent être chassées, piégées, ne bénéficiant d’aucune protection, à moins d’être inscrites sur une liste d’espèce protégée… » (www.savoirs.essonne.fr/thematiques/la-vie/biologie-genetique/hommeanimal-les-frontieres-sestompent/)

Une autre raison, qui se voit démontrée par certaines allergies telles que l’allergie aux produits laitiers, issus des animaux, particulièrement de nos jours où les vaches sont systématiquement vaccinées alors qu’elles sont en bonne santé et auxquelles on donne des médicaments mélangés à la nourriture, une poudre de lait carencée en fer… de plus, de par nature, le lait de la vache est destinée  à nourriture ses petits, les veaux et non pas les hommes – voir notre article sur le lait, sur ce blog : http://www.naturall-chemfree.com/le-lait-et-le-calcium/.

et encore une autre, est de préserver la planète en changeant notre consommation et de fait l’industrie autour de l’alimentation.

Enfin, le degré de respect dépend de la sensibilité et de la conviction que chacun, chacune d’entre nous développons à l’égard des animaux et aussi des efforts que nous sommes prêts à déployer pour en arriver à respecter totalement les animaux sans que cela gêne notre vie quotidienne.

 

Comment devenir végétarien, végétalien ou végan ?

Notre vie quotidienne est rythmée par des habitudes depuis notre enfance. Ces habitudes sont basées sur des coutumes ancestrales qui dépendaient de la région où l’on habitait, mais aujourd’hui, le système basé sur le profit a pris le dessus sans que nous en soyons conscients… Il est donc essentiel de réveiller notre conscience pour changer nos habitudes et surtout notre façon de nous nourrir, sans ressentir de manque, de honte, de complexe ou de peur !

 

Il ne s’agit pas d’entrer en guerre mais de modifier nos habitudes et en douceur. Pour ma part, j’ai commencé par supprimer la viande et peu à peu le poisson. J’ai diminué les laitages pour ne garder que certains fromages de chèvre environ une fois par mois, idem pour les œufs. Mon objectif étant de les supprimer totalement, dès que mon organisme et mon mental seront prêts.

Maintenant, à vous de jouer !

 

Plus d’informations :

*www.league-animal-rights.org/news.html

www.savoirs.essonne.fr/thematiques/la-vie/biologie-genetique/hommeanimal-les-frontieres-sestompent/

http://www.huffingtonpost.fr/2013/10/12/5-dilemmes-vegetariens-paris-vegan-day_n_4078010.html

wills-vegan-shoes.com

www.veganisme.fr

www.beyondskin.co.uk

https://lazyveggieaparis.com/

You might also like

Articles du mois

Parlons de la vitamine B12

Nous sommes de plus en plus nombreux à supprimer la consommation d’aliments d’origine animale pour des raisons diverses mais souvent liées à la maltraitance des animaux, ou au fait que

Articles du mois

Qu’est-ce que le métabolisme ?

Le « métabolisme » représente l’ensemble des réactions chimiques qui permettent à notre organisme de rester en vie. Il se divise en deux parties : Le catabolisme est la production de chaleur corporelle et

Santé

Le lait et le calcium

On nous tarabuste depuis tout petits que « le lait c’est bon pour les os et les dents » parce qu’il contient du calcium… mais le magnésium aussi, est important, voire plus,