Une autre plante magique : l’Aloe Vera Barbadensis
3 mai 2017 137 Views

Une autre plante magique : l’Aloe Vera Barbadensis

L’Aloe vera (en latin : Aloès véritable) est une plante qui appartient à la famille des Liliacées, tout comme la tulipe, l’asperge ou l’ail. Elle est cultivée depuis l’antiquité dans les contrées chaudes : Chine, Inde, Moyen Orient, Afrique, pourtour méditerranéen et sur les continents américains, notamment au Mexique ou dans le désert d’Arizona. La civilisation amérindienne Maya (du 7e au 3e millénaire avant J.C.) a utilisé pendant des siècles l’Aloe vera dans les onguents mais aussi en médecine naturelle et a laissé les recettes en héritage aux indiens Jivaros et Séminoles qui la surnommaient « médecin du ciel » ou « fontaine de jouvence ».

Cette merveilleuse plante était également connue par la civilisation sumérienne (actuel Irak), autrement dit environ 5 000 ans avant nous (3000 ans avant J.C.), fait qui fut confirmé par les ruines de Nippur et ses tablettes d’argile gravées en caractères cunéiformes retraçant l’usage de l’Aloès dans la vie quotidienne. Non loin de là, les égyptiens l’appelaient la « plante de l’immortalité » et elle était considérée par les pharaons comme un élixir de longévité. L’Aloe vera faisait partie des ingrédients utilisés dans les onguents pour embaumer le corps de leurs défunts. Les reines Cléopâtre et Néfertiti s’en servaient dans leur hygiène quotidienne pour préserver leur beauté (peau, cheveux, yeux….). Les touaregs du Sahara connaissent ses vertus depuis la plus haute antiquité et surnomme cette plante le « Lys du désert ». Depuis le 10e siècle, en Chine elle a été rebaptisée « remède d’harmonie ». Deux siècles plus tard, en Inde, on l’appelle « le guérisseur silencieux ».

En Europe, Christophe Colomb le grand voyageur, découvre l’Aloe vera avec les pères jésuites portugais et espagnols qui cultivaient la plante et en connaissaient les bienfaits curatifs. Colomb a d’ailleurs emmené cette plante dans des pots sur les fameux navires partis pour « l’Inde », afin de soigner notamment le scorbut, dû à la malnutrition et c’est ainsi qu’elle fut surnommée « le docteur en pot ».

Aujourd’hui, elle est utilisée en gel ou boissons rafraichissantes ou encore dans la fabrication de nombreux cosmétiques.

L’Aloe Vera contient de nombreuses vitamines :

  • A (Carotène) qui améliore la vision, la régénération des cellules de la peau et des os, et les protège des radicaux libres;
  • B1 (Thiamine) qui contribue à la production d’énergie ;
  • B2 (Riboflavine) et B6 (Pyridoxine) et B9 (Acide folique) contribuent ensemble à la formation et à la régénération des globules rouges;
  • B3 (Niacine ou vitamine PP) qui aide à la libération d’énergie des aliments, à combattre l’athérosclérose en réduisant le LDL ou mauvais cholestérol et à augmenter le HDL, à la formation du sang et au fonctionnement du système nerveux;
  • B12 (Cyanocobalamine par référence au cobalt ou vitamine rouge) qui est indispensable au métabolisme et au fonctionnement du cerveau, vitamine bien connue des végétariens, végétaliens et véganes car cette vitamine se trouve principalement dans la viande, les poissons et les produits lactés
  • C (Acide ascorbique) qui associée à la vitamine E également présente dans l’Aloe Vera stimule le système immunitaire, aide à la cicatrisation et à combattre les infections jusqu’à la guérison.

L’Aloe Vera contient beaucoup d’autres composants tout aussi puissants et nécessaires au corps humain pour rester jeune et dynamique :

  • les acides aminés (dont 7 sur les 8 indispensables au quotidien que l’organisme ne peut synthétiser) tels que l’acide glutamique, l’acide aspartique, l’alanine, l’arginine, la cystine, la glycine ou glycocolle, l’histidine, l’isoleucine, la leucine, la lysine, la méthionine, la phénylalanine, la proline, la sérine, la thréonine, la tyrosine et la valine.
  • les minéraux et oligo-éléments tels que le calcium le chlore, le cuivre, le chrome, le fer, le lithium, le magnésium, le manganèse, le phosphore, le potassium, le sodium, le zinc, etc…
  • les enzymes (ou diastases) tels que l’amylase, le catalase, le cellulase, le lipase, l’oxydase et le phosphatase qui tiennent le rôle de catalyseur lors de réactions chimiques organiques.
  • les acides gras insaturés (acide caprylique contre les mycoses, acide salicyliques et acide chrysophanique)
  • l’Acemannan qui agit en adéquation avec le système immunitaire pour augmenter la production de macrophages contre les tumeurs.
  • l’Aloetine, germicide qui neutralise la toxicité des germes
  • l’Aloelucine, contre les ulcères
  • l’Aloesine, puissant bactéricide
  • l’Aloemicine, anti-tumorale (cellules cancéreuses)

Sources : http://www.encyclo-ecolo.com/Aloe_Vera. « L’Aloès pour votre santé » – Dr Yves Donadieu; « Aloe Vera, remède naturel de légende »  – Alain Barcroft; « L’Aloès, la plante qui guérit » – Marc Schweizer.

 

Mise en garde : A propos des ingrédients utilisés par certaines marques, il est nécessaire de bien lire les étiquettes afin de ne pas se tromper car, certains produits contiennent des ingrédients chimiques cancérigènes que l’on trouve en boutique, en pharmacie ou en vente directe (Vente relationnelle, MLM).

 

Lorsque vous aurez trouvé le bon produit vous pourrez utiliser le gel (personnellement j’utilise le gel à 97 % de Diet Horizon ou celui à 99 % de la marque Lily of the desert), ou le jus à des fins préventives ou thérapeutiques.

Voici un aperçu de quelques produits et quelques applications :

  • le gel : on l’appelle également le mucilage. Il a un aspect visqueux, transparent, un peu amer.

Il est vendu en tube pour un usage externe sur toutes les parties du corps pour traiter principalement les coups (bleus), les brûlures (soleil, cuisine etc…), rougeurs, inflammations, coupures (même saignante il aide à l’arrêt du saignement et à la cicatrisation), cicatrices en cours (avec hématome, points de suture suite à une opération ou à une chirurgie esthétique), vergetures (après un régime ou après accouchement), herpès (même génital), psoriaris, et aussi contre le vieillissement des cellules de la peau…  Il est également très utile lors d’un traitement par radiothérapie sur la peau, les cheveux, les ongles et en boisson (voir « le jus »)…

 

  • le jus : d’un goût naturellement amer, la plupart des marques proposent un ajout de stévia ou de parfum naturel. On peut aussi le faire soi-même en ajoutant du miel ou un sirop de fruits bio. Il permet de résoudre les problèmes de constipation mais aussi de nettoyer le foie, la vésicule, les reins… et il élimine les traces néfastes de la chimiothérapie et atténue grandement les effets secondaires.

 

  • en gélules avec capsule végétale bio à prendre en complément alimentaire ou à la place du jus

 

 

You might also like

Articles du mois

Bonjour à toutes et à tous !

  Ce blog est issu d’une expérience personnelle que nous souhaitons partager avec vous,

Articles du mois

Le lait et le calcium

On nous tarabuste depuis tout petits que « le lait c’est bon pour les os et les dents » parce qu’il contient du calcium… mais le magnésium aussi, est important, voire plus,

Articles du mois

L’alimentation contre le cancer…

Résumé de la CONFERENCE du DR ERIC MENAT DE L’INSTITUT POUR LA PROTECTION DE LA SANTE NATURELLE (19.03.2016) Un chiffre à retenir : 30 % des cancers sont dus à l’alimentation